Peintre sur bois - Peintre sur toile

Ma démarche artistique procède d’une longue recherche sur les techniques et les styles tant en inspiration qu’en matière. La fragilité rosée d’une décoction de mûre opposée au noir intense de bougie, le vert tendre issu d’un pissenlit, la douceur d’un ombre de thé le bleu presque violent du pastel m’ont offert une gamme infinie de possibilités.

Les supports sont aussi importants que la matière posée dessus. Je choisis en complicité avec des ébénistes la pièce de bois sur laquelle je vais travailler. Un chêne ou un châtaignier répondent à des lignes graphiques qui m’inspirent me guident et que je complète. Ainsi veines tendres et veines dures ne s’impriment pas de la même façon.

Son site internet : www.genevievenaudin.com

Le choix des thèmes est guidé par la connaissance de ceux qui ont été traités dans le passé non pas pour les copier mais pour les transcender. Pour moi il est inutile de refaire ce qui a été fait (je ne fais pas de restauration) mais de chercher à prolonger cette inspiration en l’appliquant au monde d’aujourd’hui.

Je travaille donc le motif floral et végétal en accord avec les peintures naturelles que je fabrique. Les plantes qui sont mes modèles sont prélevées dans mon jardin que j’ai créé à cet effet et dans la nature. Les plantes par leur comportement, par leur texture, leur allure leurs couleurs évoquent tour à tour écritures, femmes, spectacles, groupes, mises en scènes….

Mes dernières créations ont porté sur la Haute Couture. Comment faire transparaître la fluidité d’un pétale de pavot semblable à un voile de soie, comment la luminosité de la couleur orange de la capucine peut-elle évoquer celle d’un taffetas. Ces observation m’ont amené à lier des tissus à ces matières bois et à ces peintures par collages, incrustations, …

Ainsi le travail sur bois n’est pas celui décoratif qu’on lui prête le plus souvent mais une démarche picturale à part entière. Cette démarche en trois dimensions trouve aussi sa place vis à vis d’une vision de l’environnement et de la nature plus sensible, plus perfectible et moins marginale que celle que l’on pouvait avoir des thèmes floraux depuis les impressionnistes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *